user avatar
Virginie Dejeux // Teacher
IDOCs » [fra] La circulation / the circulation
Gérer le stress quand une forme écrite est perturbée, développer sa créativité instantanée Dealing with the stress along a written form, working on his instantaneous cretivity. Doc in french, and then in english.
2018.01.22

170 views      0 appreciations    

J'ai imaginé la proposition suivante lors d’un stage organisé par le conservatoire de Montbard et ayant pour thème ‘la relation en danse’. L'atelier consiste en un processus d’improvisation au cadre précis

 

Objectif : gérer le stress, apprendre à réagir à bon escient et rapidement.

 

Groupe concerné par cette expérience : 10 adultes débutants – puis 9 avancés en discipline dominante classique et avertis en choréologie (développements contemporains des travaux de Rudolf Laban)

 

BASE :

Apprentissage d'une danse rapide, architecturée avec de nombreux déplacements dont le tracé au sol est précis et quelques séquences brève de mouvement sur place. L'ensemble du tracé des déplacements crée comme un labyrinthique au sol : on repasse plusieurs fois par les mêmes points de l'espace.

Avec les adultes débutants j'ai construit une danse qui suivait des lignes droites parallèles aux murs, avec les élèves de niveau cycle 3, j'ai mêlé lignes droites (latérales et diagonales) et courbes.

 

Étape 1 :

La séquence dansée est interprétée un par un, avec un départ tous les 8 temps, puis avec un départ tous les 4 temps. Chacun doit respecter la séquence donnée au mieux (séquence métrée pour les débutant, non comptée pour les cycle 3), en évitant les chocs avec les autres danseurs.

 

Étape 2 :

On reprend le système en tentant de nourrir son interprétation du labyrinthe sans trop perturber la phrase d'origine par des d'interactions avec les gens que l'on croise : regard, contacts légers.

 

Étape 3 :

On entre dans une phase de déconstruction plus radicale de la danse de base, avec la possibilité simultanément ou pas de :

  • possibilité de repasser par un chemin sans avoir achevé sa boucle, en profitant des points de croisement

  • interactions plus longue avec ceux que l'on croise jusqu'à la création de courts duo le long des déplacements

  • interactions longues avec ceux que l'on croise avec la création de courts duo sur place

  • possibilité de repartir en arrière

 

La première étape permet aux élève de gérer le stress (on peut parler à cette occasion du travail de Cunningham, d'ailleurs)

La seconde étape les pousse à se détacher d'une interprétation simple, et permet aux débutants de découvrir que l'on peut à la fois reproduire une forme et la nourrir de ses propres impulsions. Elle prouve également que les automatismes (on connaît par cœur et on peut refaire presque mécaniquement) loin de déshumaniser permettent d'user de la part libre de son esprit pour nourrir l'interprétation.

Dans la troisième étape, la processus créatif est plus poussé, on lance 1 ou plusieurs consignes à la fois en fonction de la maîtrise à composer les étudiants.

 

 

The cisrculation

 

I have conceived this proposition during an internship organised by the Montbard conservatory. 'Relationship in dance' whas the theme of the week. The base of the proposition is a way to work in improvisation with a precise frame.

 

Aim : how to do in an emergency situation : lern to avoid bad stress, react properly and quickly

 

The groups I had during this experience :

- 10 adults, beginners, and , the most of them trained in ballet.

- 9 students (15-20 years old) , advanced level, trained mostly in ballet and also in choreology (according that choreologie is one of the contemporary developements of Laban's works)

 

BASE :

Learning a fast dance, based on two points :

  • A lot of travel folowing clear lines along the flor. Thoses lignes create a kind of maze : the dancer cross the space in many directions, and visit several times the sames spaces.

  • Some movements let the dancer move in the same place for some seconds, between two traveling moments.

 

With the beginners, the travels were clear : straight lines, parallels to the walls, with the advanced students, there were curved and diagonal straight line travels.

Wtih the beginners the dance is with counts (I have made this choice to make them more confortable : to have a reassuring point of reference), not for the students.

 

First step :

The dance is danced together, but one by one, with a dancer begining every 8 bit, and then every 4 bit.

The task is to stay as close as possible to the original dance, while avoiding the ccraschs between dancers.

 

 

Step 2 :

With the same process to go one by one, dancers now can look at each others and create light contact between them when they cross someone.

 

Step 3 :

Now it's time for more deconstruction : so dancers can, simultaneously or not :

 

  • take back a pathway without having achieve the entire dance, by taking the opportunity of a crossing point.

  • Avoiding a part of the dance, again by taking the opportunity of a crossing point

  • interacting with another dancer along a traveling part of the dance

  • intercating with an other dancer on a fixed point of the dance, and why not arriving to a micro duet

  • reversing the dance

 

With the first step, the students learn to deal with the stress (and this step is the oportunity to speak about Cunningham's work)

With the second step, they have to let go the memory, to use a king of automaticism to perform the dance to be able to add new intentions to feed their inteprétations.

With the third step, it's now the moment to be more creativ, and to take the opportunities given by the original movement mixed to a meeting with somebody else.


Comments:
You must be logged in to be able to leave a comment.